Identification

Créer un compteMot de passe perdu?

Bas de pageFil d'ariane: ForumTOUT, SAUF MAGICET SI ON PARLAIT D'AUTRE CHOSEJeux de Société - Kickstarter

Avatar

Luther

Membre du Bureau

Bleu

M12 13 / 169

Hors-ligne

Message de Luther

mardi 30 janvier 2018 à 19:36

Salut à tous,

Je voulais faire un petit topic pour vous partager un peu des projets de jeux de sociétés qui sortent sur Kickstarter et qui me plaisent bien. Mais tout d'abord, un peu de généralité sur Kickstarter (aussi appelé KS).

Kickstarter, qu'est-ce à dire que ceci ?
Image

Kickstarter est une plateforme de financement participatif disponible (la version française la plus connue de ce type de plateforme étant Ulule). Des personnes (particuliers, professionnels, etc.) présentent un projet à la communauté et demande un montant minimum pour le financer. Ces projets peuvent être très variés, ça peut aller du développement d'outils high-tech, à l'ouverture d'un bar, la préparation d'une pièce de théâtre, la production d'un CD, le développement d'un jeu vidéo, etc. (jetez un œil dans les multiples rubriques, y a parfois des trucs intéressants). Par exemple, le jeu vidéo
Kingdome Come: Delivrance
, qui vous place dans un univers médiéval historique et fidèlement reconstitué, a été financé par Kickstarter et avait réuni un peu plus d'1 million de £. Pour relier KS à Magic, certains artistes comme
John Avon
et
Titus Lunter
ont sorti des campagnes pour produire des tapis de leur illustration, et
Johannes Voss
avait financé la production de packs de tokens de la même manière (j’avais déjà partagé ces campagnes ici).

Kickstarter, comment ça marche ?
Image

En général, le porteur de projet propose différentes récompenses, aussi appelé "pledge". En échange de la confiance et de l'engagement que vous mettez dans le projet, vous aurez des récompenses plus ou moins élevées. Dans le cas du jeu vidéo, vous pouvez avoir des pledges où vous aurez juste le jeu, d'autres plus chers où vous aurez un pack deluxe (avec artbook, ost, etc.) ou encore pour plusieurs centaines d'euros vous pourrez créer un personnage non-joueur à votre image dans la version finale du jeu.
La campagne dure un nombre de jours fixé par le porteur de projet, au cours de laquelle et à la fin de cette durée, deux possibilités :
i) la somme minimale n'a pas été atteinte et le projet est annulé. Tous les participants (aussi appelés "backers") n'ont rien à payer. Donc normalement aucun risque de payer un projet qui n’a pas assez de sous pour se réaliser.
ii) la somme minimale a été atteinte et le projet est financé avec succès. Les backers sont prélevés sous quelques jours à la fin de la campagne. Le porteur de projet récupère donc l'argent (Kickstarter en récupère aussi un pourcentage) et peut donc financer les différents coûts de son projet.
Une date d'estimation de livraison de la récompense est spécifiée, et une fois le projet mené à bien, les récompenses sont envoyées aux backers. Toutefois, il est très fréquent que des délais interviennent lors de la production, et cette date de livraison n'est souvent qu'une estimation.

Le jeu de société et Kickstarter
Image

Depuis quelques années, Kickstarter a pris une place prépondérante dans le monde du jeu de société. Alors que la majorité des jeux suivent le parcours Auteur > Éditeur > Boutique > Joueur, un circuit alternatif s'est créé. Cette fois-ci, l'étape de la boutique voir même parfois de l'éditeur a été remplacé par celle du financement participatif. Pas besoin de faire des pieds et des mains pour que son jeu soit édité et sorte dans le commerce, il est possible de le présenter directement aux intéressés (les joueurs) pour savoir s'il connaîtra un succès ou non. Certaines boîtes d'édition se placent sur le secteur du Kickstarter en priorité, avec certains jeux ne sortant jamais en boutique. Par exemple, vous connaissez très certainement à votre insu la société Cool Mini Or Not (acronyme CMON). Mais si, les éditeurs des fameux
Zombicide
,
Black Plague
ou encore
Blood Rage
. Bien que ces jeux soient disponibles en boutique, ils sont passés par la case Kickstarter (ressemblant alors plus à une vente en ligne qu'au financement d'un projet) et ont ramassés à chaque fois un voir plusieurs millions de dollars.
Bref, de très nombreux jeux plus ou moins aboutis sont proposés au financement participatif chaque année, et ce secteur n'est pas prêt de faiblir. Par exemple, en 2016, le jeu de plateau
Dark Souls
a récupéré 3 771 474 £. En 2017, le jeu
Rising Sun
(CMON) a rassemblé 4 228 060 $, la réédition (2ème KS) du
7th continent
(des français cocoricos) 7 072 757 $ et l'incroyable campagne de
Kingdom Death: Monster
12 393 139 $ (plus gros KS des jeux de sociétés). Bref, ce système n'est visiblement pas parti pour s'éteindre et rencontre un engouement de plus en plus fort, que ça soit de la part des Auteurs / éditeurs ou des joueurs.

Les jeux de sociétés sur Kickstarter c'est bien...
Mais dis dont Jamy, pourquoi c'est si bien de prendre les jeux sur Kickstarter ?

Image

Et bien, plusieurs points expliquent le succès de la plateforme pour le financement des jeux.
- Le système des Stretch Goals : Commençons par un des points que je n’ai pas évoqué avant mais qui est un peu le nerf de la guerre sur KS. Les Stretch Goals (ou SG) sont des récompenses en générale gratuite qui sont ajoutés au pledge de chaque backer lorsque certains paliers sont atteints au-delà du financement minimum. Par exemple, j’ai un financement minimum à 50k$, je fixe un SG à 60k$ pour « Un type d’unité » ou « une nouvelle figurine » supplémentaire. Si la campagne finit au-delà de 60k$, cet ajout est débloqué et ajouté gratuitement à la récompense des joueurs. Ainsi, en payant le jeu à son prix normal, les backers vont avoir de multiples avantages suivant le succès de la campagne. Ca peut être quelques petits bonus, mais dans le cas de grosses campagnes, ça peut aussi être des extensions coûtant chacune des dizaines d’euros qui seront ajoutées gratuitement. Ainsi, les joueurs ont tout intérêt à prendre le jeu pendant la campagne de financement et à ce que celle-ci aille le plus haut possible pour débloquer un maximum de contenu.
Allez jeter un coup d'oeil
,
ou
pour voir ce que vous auriez eu gratuitement si vous preniez le jeu pendant sa campagne KS... Forcément ça donne envie



- Les Kickstarters Exclusive : Parmi les SG, on peut parfois retrouvé la mention de KS Exclusive. Cela signifie de cet élément (figurine, extension, tuiles de jeu, etc.) ne sera jamais vendu dans le commerce (si le jeu sort en boutique). Ca créé donc une rareté sur ces éléments qui incite à prendre le jeu pendant la campagne KS pour ne pas rater ces exclusivités. On peut toutefois les retrouver disponibles sur les stands de l’éditeur dans les salons du jeu, mais ça reste quand même quelque chose de relatif à la campagne KS.

- Les frais moins importants qu’en circuit classique : Vous connaissez le principe du circuit court pour l’alimentation ? Et ben là c’est pareil. Certes, il y a un pourcentage prélevé par Kickstarter, mais celui-ci sera toujours inférieur au coût que représenterai une sortie en boutique. Il y a moins d’intermédiaire, donc moins de marge à faire à chaque étape, une production adapté au nombre de clients, etc. Ça se traduit soit par des jeux moins chers, soit par des jeux plus rentables (avec le système des SG), soit par des jeux beaucoup plus gros que ce qu’ils auraient dû coûter s’ils étaient sortis en boutique. Par exemple, le jeu
Time of Legend : Joan of Arc
coutait 120$ sur KS, mais au vue du contenu, il aurait dû coûter autour de 300$ en boutique. C’est pas la même affaire….

- Les jeux disponibles uniquement sur KS : Pour différentes raisons, que ça soit le prix de production moins cher, le public de niche ou le manque de visibilité pour aller en boutique, certains jeux ne sont disponibles que sur KS. Vu qu’il est souvent difficile de savoir si le jeu sera par la suite étendu dans les systèmes classiques, si le jeu vous plais, mieux vaut le prendre quand vous êtes sûr qu’il est disponible, à savoir durant la campagne. Si jamais vous ratez la campagne, il existe la possibilité de Late Pledge dans certains cas, ce qui permet d’acquérir de le jeu et les SGs mais ne participera par contre pas au total pris en compte pour ces derniers (car après la campagne KS).

- L’implication dans le système créatif : Parfois, le jeu est en cours de développement, et bien que certains prototypes soient préparés, il doit encore passé par différentes phases de test, d’ajouts puis de production. Il est alors possible d’être impliqués dans ces étapes, par exemple certains éditeurs font voter le design de boîtes ou de personnage, la composition de certaines extensions, etc. De plus, il est possible de soumettre des idées durant la campagne, et celles-ci peuvent être ensuite réutilisées si le porteur de projet les trouve intéressantes. C’est donc cool de s’impliquer dans ce processus de création de jeu.

- Le soutien de jeunes éditeurs et de petits jeux : Certains Auteurs peuvent avoir des jeux intéressants, mais manquent de notoriété pour le diffuser à une grande échelle. Passer par KS est souvent pour eux une bonne opportunité et ça permet de découvrir certains jeux intéressants qui seraient restés dans l’ombre autrement.

- L’internationale : « Debout, les damnés de la terre ; Debout, les forçats de la faim ; La raison tonne en son cratère, C'est l'éruption de la faim. » Ah non pas cette internationale là… KS c’est certes américain à la base, mais c’est surtout une plateforme internationale. Y a des jeux de tous les pays (Amérique, France, Pologne, Hong Kong, Mexique, etc.) qui sont lancés dessus et peuvent ainsi touchés un public beaucoup plus large. Et ça permet à nous joueurs de pouvoir s’intéresser à des jeux développés à l’autre bout du monde qui n’aurait peut-être pas atteint notre sol autrement.


... avec parfois certaines limites
Image


- Les jeux disponibles uniquement sur KS : « Mais c’était pas dans la catégorie avantage ? » Si Jean-Edouard, mais c’est un aspect que je trouve assez néfaste dans la pratique. Comme certains jeux ne sont disponibles que sur KS et qu’à un temps T, cela « force » la main et incite les gens à pledger le jeu rapidement. De plus, le fait qu’il ne soit pas disponible ailleurs limite les éventuels joueurs qui auraient pu aimer et partager ce jeu, et je trouve ça dommage. Ca contourne les boutiques et donc ça ne les fait pas vivre. De plus, ça conduit à d’autres problèmes…

- Spéculation sur les jeux : On connait le principe pour Magic. Plus c’est rare et demandé et plus c’est cher. C’est la même chose pour les jeux, avec deux idées : i) Les jeux sont introuvables autrement qu’avec KS, du coup ceux qui ont raté la campagne et qui veulent le jeu doivent passer par ebay et autre, et loi de l’offre et la demande = le jeu devient hors de prix ; ii) les jeux achetés sur KS ont avec eux des SG souvent disponible uniquement pendant la campagne, et les pledge (jeu+SGs) vont donc coûter plus cher que s’ils avaient été pris durant la campagne KS.

- Pas retour avant de pledger : On voit une campagne, y a des SGs, ça risque de pas être réédité, alors on pledge. Sauf que forcément, on a pas l’assurance que ça soit un bon jeu. Du coup on a souvent les règles, mais ça reste un achat un peu à l’aveugle et parfois le résultat final du jeu se révèle une coquille vide et un jeu assez fade. Je tiens à minimiser ce point pour plusieurs raisons : certains éditeurs organisent des démos, et il est possible d’avoir le retour des gens qui ont pu tester ; les jeux sont parfois envoyés à des youtubers pour faire des reviews et présenter le jeu, ce qui permet de savoir si on aime ou pas ; certains jeux sortent en version Tabletopia pendant la campagne (disponible sur Steam) pour être testés en ligne.

- Le choix pléthorique, avec du bon mais parfois du moins bon : Un peu similaire au point précédent. Il y a beaucoup, beaucoup de choix dans les jeux. Difficile souvent de faire la part entre ce qui est bien de ce qui l’est moins. Et surtout, ne pensez pas qu’il sera possible de prendre tous les jeux qui ont l’air cool que vous verrez. Il y en aura toujours trop pour votre porte-monnaie (ou alors vous avez une très bonne situation ^^’).

- La langue des jeux : Certains jeux, comme par exemple les campagnes de CMON, ne sortent lors de la campagne que dans la langue d’origine des auteurs et en anglais. Certains étendent les langues disponibles aux principales langues européennes, mais ça dépend du succès de la campagne dans ces pays respectifs. De plus, les traductions sont des fois vraiment faites avec le postérieure… Si vous avez un groupe de joueur anglophone, pas de soucis. Sinon, ça pourra poser quelques limites… Donc n’oubliez pas de vérifier si le jeu sera bien disponible en français si vos comparses n’apprécient pas la langue de Shakespeare.

- Les frais de ports : Oui, acheter un jeu sur KS est moins cher et/ou plus rentable que de le prendre plus tard. Mais prenez quand même en compte qu’en plus du jeu, il y aura des frais de port. Ceux-ci sont souvent ajoutés dans un second temps, une fois la campagne terminée, pour éviter que ça soit pris en compte dans le pourcentage prélevé par KS. Et vu que certains jeux sont très gros / lourd, ça peut vite commencer à chiffrer. Donc prenez ça en compte quand vous calculer combien va vous coûter le jeu.



Voilà un petit topo sur Kickstarter et le financement de jeu de société dessus. Je vous mettrai par la suite certains jeux que je trouve intéressant et qui, selon moi, vaudront le coup d’être pris si cela vous intéresse. Si jamais vous en voyez aussi, n’hésitez pas à venir en parler ici. N’hésitez pas à me dire si vous avez déjà expérimenté, si ça vous intéresse ou si vous avez des questions particulières !
Avatar

Elijah

Pingouin en liberté

Administrateur

BlancBleuNoir

M11 283 / 3486

Hors-ligne

Réponse de Elijah

mardi 30 janvier 2018 à 22:34

Merci pour cet article. J'ai déjà acheté une dizaine de choses (très différente) sur Kickstarter. J'aime vraiment ce concept de financement participatif. J'essaye de le pousser dans mon entreprise pour faire évoluer les modèles de financement.
All this has happened before and will happen again...

Vous ne pouvez pas écrire dans ce sujet


Haut de pageFil d'ariane: ForumTOUT, SAUF MAGICET SI ON PARLAIT D'AUTRE CHOSEJeux de Société - Kickstarter

Conception: Nov' • Graphisme: Jonathan Barbier

© 2009-2015 MindtricK